Comment évaluer la résilience climatique de vos parcs immobiliers ?

9 novembre 2020

La résilience des villes et des bâtiments est un sujet qui monte en puissance depuis 5 ans. La création de postes de Chief Resilience Officer dans les villes en est une belle illustration [1]. Les événements extrêmes, de plus en plus nombreux, se matérialisent sur les bâtiments les plus à risques : inondations des centres commerciaux rendant leur accès inaccessible, inconfort thermique dans les bureaux lors des canicules, désordres structurels lors des sécheresses, pannes des équipements électriques… Certaines zones sont plus exposées et le prix des assurances y augmente [2].

Les solutions sont de plusieurs ordres : solutions opérationnelles pour réduire la vulnérabilité du bâti, stratégie de relocalisation des actifs, dialogue entre les parties prenantes (bailleurs, loueurs ou gestionnaires de réseaux).
Par exemple, face aux épisodes de canicules de plus en plus fréquents et de plus en plus tôt dans l’année, les solutions techniques peuvent couvrir de nombreux lots techniques du bâtiment (équipements, toiture, enveloppe, etc.). Voir le dossier thématique de Construction 21 [3].

Sources :
[1] Resilience : le point de vue du chef resilience de Paris
[2] Le niveau de la mer monte et le prix des assurances aussi…
[3] Construction 21, Dossier Ilots de Chaleur

Comment intégrer le changement climatique dans la stratégie immobilière des entreprises ?

Pour les parcs immobiliers, Carbone 4 a développé une méthode d’analyse des risques physiques précise.
Cette méthode est opérationnelle et spécifique : elle combine une analyse détaillée des aléas climatiques avec des informations contextuelles propres à chaque bâtiment (ex : présence en zone inondable, présence en îlot de chaleur urbain) et des projections climatiques très fines (ex : 8km en France). L’analyse intègre également des informations sur la vulnérabilité des bâtiments en décomposant l’édifice par lot et sous-lots (infrastructure, superstructure, enveloppe, systèmes techniques, confort et sécurité des usagers, etc.).


Depuis 3 ans, Carbone 4 a affiné sa méthodologie en travaillant auprès de nombreux gestionnaires de parcs immobiliers (parmi eux : Altarea Cogedim, Gecina, Icade et Klépierre), et en s’appuyant sur des projets de recherche auxquels Carbone 4 participe, tels que le projet de recherche ClimINVEST.

Aller plus loin dans l’action

L’étape de diagnostic est essentielle pour comprendre les aléas climatiques auxquels son parc immobilier est le plus à risque et les actifs requérant le plus d’attention. Une fois ce diagnostic réalisé, Carbone 4 propose des solutions d’adaptation spécifiques aux besoins du parc, voire même spécifique à chaque bâtiment. Les solutions développées permettent d’impliquer l’ensemble des métiers liés au développement et à l’exploitation des immeubles.

Rendre son parc immobilier résilient ne peut pas se limiter à appliquer des solutions isolées sur ses bâtiments. Il est également nécessaire de travailler avec ses preneurs ou bailleurs et même ses voisins de quartiers. En effet, certaines actions nécessitent une réelle collaboration de ses partenaires (ex. horaires de travail aménagés, température de confort revue lors des pics de chaleur, parcours ombragés entre les lieux, mise en place de transports communs lors d’intempéries, etc.). La résilience se construit aussi à l’échelle du quartier.

Et du côté des banques ?

Sous l’impulsion de la TCFD et de l’article 173, les investisseurs se saisissent du sujet des risques climatiques (risques de transition et risques physiques). La classe d’actifs des real estate est l’une des plus active sur le sujet (avec les infrastructures). Les investisseurs souhaitent désormais évaluer le niveau de risque de leur portefeuille real estate et les actifs les plus à risque. C’est aussi le cas pour la banque retail, les crédits immobiliers pouvant être en première ligne vu les horizons temporels en jeu.

Dans le cadre du projet ClimINVEST, Carbone 4 a développé une méthode d’analyse des risques physiques sur les portefeuilles de crédit. La méthode permet de suivre l’évolution de l’encourt à risque sur un portefeuille donné au fil des années et des nouvelles entrées. Cette approche se montre particulièrement intéressante pour les banques régionales.

Mycris : connaître en 3 minutes les risques climatiques pour votre activité

Le sujet de l’adaptation et de la résilience est un sujet complexe à appréhender car les impacts peuvent être très nombreux et très variés. Il est donc souvent recommandé de commencer par réaliser un premier diagnostic des enjeux avant de se lancer dans des études plus poussées.

Carbone 4, avec le soutien de la Climate-Kic, a lancé en septembre 2018 l’outil en ligne gratuit mycris qui vise à évaluer les risques physiques de votre activité de façon simple et interactive. Il fournit des informations préliminaires à une démarche d’adaptation reposant sur des données scientifiques issues du GIEC et permet de sensibiliser les parties prenantes sur le sujet.

 

Share Button
Share Button