Net Zero Initiative

30 juin 2020

La seule « neutralité carbone » qui soit rigoureusement définie par la science est planétaire

La science définit la neutralité carbone planétaire comme un équilibre entre les émissions de CO2 anthropiques et les absorptions de CO2 anthropiques. Retirer chaque année autant de CO2 que l’on en émet est la seule manière d’arrêter l’accumulation de CO2 dans l’atmosphère, et donc de stabiliser ultérieurement les températures. Pour respecter les objectifs 2°C ou 1,5°C, l’atteinte de cette neutralité carbone à l’échelle planétaire doit obligatoirement survenir avant la moitié du siècle. Au sens du GIEC, « neutralité carbone » et « net zéro » veulent dire la même chose.

Pour atteindre cette neutralité carbone globale, les sociétés humaines doivent agir sur deux grands leviers : la réduction des émissions et l’augmentation des puits.

Compte tenu de l’effort requis, tant pour la baisse des émissions que pour l’augmentation des absorptions, l’atteinte de la neutralité carbone mondiale devra forcément aller de pair avec de profondes et radicales transformations sociotechniques. La neutralité carbone est un concept de rupture.

Traduire ce concept pour les organisations

Depuis la COP21, le secteur privé progresse dans la prise de conscience de sa responsabilité face au changement climatique et agit de manière croissante pour contribuer à enrayer ce phénomène. Certaines entreprises ont déjà annoncé vouloir atteindre, ou même avoir atteint, la neutralité carbone. Seulement, des zones d’ombres existent sur la question du périmètre d’engagement, de l’échéance, de la priorité à donner aux réductions d’émissions, ou encore de la prise en compte de la compensation carbone. Il y avait donc urgence à reconnecter enfin l’action des organisations avec l’objectif collectif de neutralité mondiale, au-delà des faux-semblants et des annonces marketing.

Net Zero Initiative, un projet au service d’une neutralité carbone exigeante

Net Zero Initiative est un projet imaginé et porté par le bureau de conseil Carbone 4, qui depuis 2018 vise à élaborer un tout nouveau cadre d’action à destination des organisations visant à agir vers la neutralité carbone de manière ambitieuse et transparente.

Depuis le départ, ce projet a souhaité développer une approche:

  • exigeante, en priorisant enfin la réduction des émissions à la source ;
  • transparente, en reconnaissant l’intérêt de la finance carbone (compensation) tout en rejetant l’idée qu’elle puisse être utilisée pour « annuler » une empreinte carbone et ainsi revendiquer une « neutralité » ;
  • crédible, car co-construit avec des entreprises issues de secteurs divers et un conseil scientifique de haut niveau.

Le référentiel Net Zero Initiative, sorti en avril 2020, a été élaboré avec le soutien de contributeurs de haut niveau :

Conseil Scientifique : Olivier Boucher (Institut Pierre-Simon Laplace), Richard Baron (European Climate Foundation / 2050 Pathways), Anne Bringault (Réseau Action Climat France), Benoît Leguet (I4CE), Michel Colombier (IDDRI), Dimitar Nikov (Ministère de la Transition Écologique et Solidaire), Marion Verles (SustainCERT / The Gold Standard), Minh Cuong Le Quan (Staterre), Alain Grandjean (Carbone 4 / FNH), Jean-Marc Jancovici (Carbone 4 / The Shift Project)

Entreprises : Christine Faure-Fedigan (ENGIE), Thibaud Brac de la Perrière (EDF), Philippe Tuzzolino (Groupe Orange), JeanManuel Canet (Groupe Orange), Marie-Thérèse Durand (Poste Immo), Dang Tran (Poste Immo), Sophia Garcia (Remade), Aurélia Menacer (Groupe RATP), François Garreau (Generali), Élodie Bressaud (Groupe BPCE), Christian Le Seach (Groupe BPCE), Nathalie Pons (Havas), Aurélien Painchaud (Havas), Sébastien Nunes (ClimateSeed)

Autres contributeurs : Gilles Dufrasne (Carbon Market Watch), Julia Grimault (I4CE), Claudine Foucherot (I4CE), Gabriella Cevallos (I4CE), Yann Briand (IDDRI), Augustin Fragnière (UNIL)

Carbone 4 : César Dugast, Renaud Bettin, Luc Bachelet, Stéphane Amant, Alexandre Joly, Marion Moneuse, Alexandre Florentin