Transport routier : quelles motorisations alternatives pour le climat ?

12 novembre 2020

Pour répondre au défi climatique, le secteur de la mobilité n’a d’autre choix que de se réinventer. A travers de nouvelles technologies, via de nouveaux usages, en agissant sur la demande elle-même : le défi est tel que tous les leviers devront être actionnés.

En France, 95% des émissions de GES du transport sont imputables au transport routier. Voitures individuelles, véhicules utilitaires, camions : l’essentiel des flux, et donc des émissions, repose sur l’utilisation de ces véhicules. S’intéresser à la transition bas-carbone de la mobilité, c’est donc forcément mettre un focus particulier sur la transition énergétique des véhicules routiers, indépendamment des actions indispensables de report modal et de modération de la demande.

En la matière, les opérateurs de mobilité et les utilisateurs de véhicules en général ont tout intérêt à anticiper les évolutions qui vont survenir, pour en être acteurs et ne pas avoir à les subir. Pour les acteurs économiques, cette anticipation permet de devenir résilient dans le cadre de la transition, et ainsi veiller à la durabilité économique de son activité. Pour les ménages, c’est la garantie de pouvoir accéder à une mobilité individuelle compatible avec un engagement citoyen.

Toutefois, malgré les annonces gouvernementales et les prises de position de grands acteurs industriels, le chemin technologique de la transition énergétique n’est pas encore clairement tracé : nul ne saurait dire aujourd’hui avec certitude quelles seront à l’avenir les alternatives aux carburants actuels les plus pertinentes. Est-ce que la technologie hydrogène avec pile à combustible n’est pas préférable à l’électrification par batterie ? Les technologies au gaz ne devraient-elles pas être privilégiées, notamment via le bioGNV ? Les biocarburants liquides n’ont-ils pas un rôle décisif à jouer dans cette transition ?

Afin de hiérarchiser ces différentes options énergétiques accessibles, l’un des juges de paix sera l’empreinte carbone en cycle de vie, évaluée pour différents types de véhicules : la voiture individuelle, le véhicule utilitaire léger, l’autobus, le tracteur routier. Cette publication résume les résultats les plus récents obtenus par Carbone 4, pour éclairer le débat et aider les acteurs à prendre les meilleures décisions en toute connaissance de cause.

Découvrez l’executive summary dans lequel Carbone 4 résume les points importants concernant l’automobile.

 

Télécharger l’executive summary

 

 

 

 

 

Découvrez l’executive summary dans lequel Carbone 4 résume les points importants concernant le transport routier.

 

Télécharger l’executive summary

Share Button
Share Button