Le Rhin va-il rester navigable à l’avenir du fait du changement climatique?

27 mai 2019

Cet article a initialement été publié dans notre newsletter Décryptage Mobilité. Pour recevoir par mail les prochains articles dès leur publication, abonnez-vous dès maintenant.

Par Stéphane Amant, Senior Manager responsable du pôle Mobilité

Qui a dit que l’impact du changement climatique était essentiellement limité aux pays du Sud ou aux pays en voie de développement ? Tout près de chez nous, en Allemagne, le réchauffement est en train de jouer un très mauvais tour à nos cousins germains. En effet, le Rhin pourrait devenir impraticable l’été ou l’automne prochains si la sécheresse se poursuit en Europe, à l’instar de ce que nous avons connu l’année dernière, et ce en dépit des fortes chutes de neige sur la région où le fleuve prend sa source [1].
Cette situation est loin d’être de la science-fiction puisque cela s’est déjà produit en octobre 2018 où les niveaux d’étiage étaient si bas que le trafic fluvial a dû être interrompu[2]. Et cela n’est pas qu’une affaire gênante pour les amateurs de tourisme fluvial pratiquant la croisière aux beaux jours. C’est en réalité une vraie épine dans le pied de l’industrie allemande car une partie importante de son approvisionnement transite par le fleuve.

À titre d’exemple, le poids lourd de la chimie BASF a dû interrompre la production de plastique d’une de ses usines. Le coup a été si rude que le gouvernement a autorisé le recours à certaines de ses réserves stratégiques de carburant pour transférer le trafic vers la route ou l’aérien.
En définitive, cet événement a été suffisamment significatif pour entamer la croissance économique, selon Bloomberg. C’est là un exemple très concret des conséquences du changement climatique que peuvent subir les économies, même avancées, notamment sur leurs infrastructures de transport. Au fait, s’est-on posé la question en France pour la Garonne ou le Rhône par exemple ?

Au passage, on observera avec dépit que la solution mise en œuvre par les Allemands en 2018 pour contourner le problème de la sécheresse a été d’opérer un transfert modal vers des modes plus émissifs, aggravant de ce fait les émissions de gaz à effet de serre… conduisant à renforcer le changement climatique… à l’origine du problème de sécheresse, justement ! Ne serait-on pas en train de scier la branche sur laquelle nous sommes assis ?

Sources:
[1] Bloomberg
[2] Connaissance des Énergies

Share Button
Share Button