Les chaudières gaz sont-elles compatibles avec la lutte contre le changement climatique ?

25 novembre 2019

En 2019, en France, les chaudières gaz et les chaudières fioul font partie des modes de chauffage les plus carbonés du marché. 

Pour une consommation en chauffage équivalente, une chaudière gaz émet 35% de plus de gaz à effet de serre qu’un chauffage électrique Joule et 4,5 fois plus qu’une pompe à chaleur[1][2].

Cette comparaison repose sur des chiffres officiels disponibles dans la base carbone de l’ADEME[3]. Plus techniquement, ils se nomment « facteurs d’émissions » et permettent de   convertir une quantité physique, telle que les kilowattheures, en quantité équivalente de gaz à effet de serre. Leur analyse nous permet de classer l’impact carbone de différents modes de chauffage (chaudière fioul, chaudière gaz, chauffage électrique par effet Joule, réseau de chaleur, pompe à chaleur ou chaudière bois) et d’en déduire que les solutions de chauffage gaz et fioul sont parmi les plus carbonées disponibles sur le marché[4].

Le fioul doit sortir complètement du mix énergétique du secteur d’ici 10 ans, comme le rappelle la Stratégie Nationale Bas Carbone[5]. Cette stratégie de l’État sert à planifier la décarbonation des différents secteurs d’activité (bâtiment, transport, industrie…) en leur accordant un budget carbone maximal, dégressif dans le temps.

Que comprennent les facteurs d’émissions de l’énergie ?

Les facteurs d’émissions ne se limitent pas aux émissions directes, mais intègrent le cycle de vie.

Le facteur d’émissions du gaz de réseau comprend les émissions liées à la combustion du gaz (CO2 directement émis dans l’atmosphère) ainsi que les émissions dites de « l’amont » (extraction du combustible, transport et distribution…).

Le facteur d’émissions de l’électricité pour l’usage du chauffage comprend les émissions liées à la production de l’électricité, à l’amont (extraction des combustibles, acheminement…) et aux pertes de distribution. La méthode utilisée pour calculer ce facteur d’émissions considère que le chauffage est un usage « saisonnalisé à 100% ». À ce titre, elle prend en compte le fait que le chauffage électrique appelle un mix de production différent (et plus carboné) du mix utilisé pour assurer « la base » de la consommation électrique en France. En résumé, l’impact carbone de « la pointe électrique » est bien pris en compte dans le facteur d’émissions de l’électricité pour l’usage du chauffage. À titre de comparaison, le facteur d’émissions de l’électricité du réseau en France en 2018[6]  est de 57 gCO2e / kWh contre 147 pour l’usage du chauffage seul.

Quel avenir pour les chaudières gaz ?

Horizon 2030 :

La Programmation Pluriannuelle de l’Énergie[7] de l’État compte sur une pénétration de biométhane à hauteur de 7% en 2030 dans le réseau de gaz. De son côté, GRDF décrit un scénario très volontariste (parmi 3 scénarios distincts) qui mise sur 30% de biométhane injecté dans le réseau en 2030. En mettant de côté le réalisme d’une telle projection, le facteur d’émissions du gaz passerait à 200 gCO2e / kWh[8] et serait donc toujours 25% plus élevé que le facteur d’émissions actuel de l’électricité pour l’usage du chauffage par effet joule. D’ici 2030, la chaudière gaz restera ainsi un des modes de chauffage les plus carbonés sur le marché, malgré une telle pénétration de biométhane dans le réseau.

Horizon 2050 :

Aujourd’hui 2e énergie consommée dans le bâtiment derrière l’électricité, le gaz occupera la dernière place en 2050 d’après la Stratégie Nationale Bas Carbone : 35 TWh soit 7% de l’énergie consommée, contre 210 TWh soit 27% aujourd’hui. Pour ce faire, plusieurs millions de logements actuellement chauffés au gaz devront se défaire de leur chaudière pour laisser la place à des solutions de chauffage moins carbonées : pompes à chaleur, réseaux de chaleur, chaudières bois…

Il est important de comprendre que le gaz ne pourra pas être « 100% renouvelable » en 2050 (composé à 100% de biométhane[9]) comme le souhaite la Stratégie Nationale Bas Carbone tant que les volumes consommés n’auront pas drastiquement diminué : une division par 6 des quantités de gaz consommées dans le secteur du bâtiment est attendue entre 2015 et 2050. L’atteinte des objectifs de la France pour le secteur du bâtiment repose sur une amélioration importante de la performance énergétique du parc, ainsi que sur la décarbonation des vecteurs énergétiques. Cet article met l’accent sur ce dernier point, sans oublier le premier, incontournable et prioritaire.

 

 

Les équipes du  pôle Bâtiment-Immobilier & pôle Énergie

 


[1] Le propane et le butane ont un impact carbone légèrement supérieur à celui du gaz de réseau. Quelques rares réseaux de chaleur sont plus carbonés que le fioul. En tendance, les réseaux de chaleur se décarbonent fortement en intégrant des énergies renouvelables dans leur mix. La moyenne actuelle de l’impact carbone des réseaux de chaleur est à 100 gCO2e / kWh et peut monter jusqu’à 384.

[2] Système qui capte des calories « gratuites » de l’air ou du sol à partir d’une pompe fonctionnant avec de l’électricité

[3] http://www.bilans-ges.ademe.fr/fr/accueil

[4] Cf. note 1

[5] Projet de décembre 2018 : ce document met à jour la SNBC pour que les objectifs carbone donnés à chaque secteur soient compatibles avec l’objectif de neutralité carbone de la France d’ici 2050

[6] Base carbone de l’ ADEME : « électricité – mix moyen consommation »

[7] Outil de pilotage de la transition énergétique pour la France

[8] Cf. l’encadré « Pour aller plus loin…sur le biométhane ! »

[9] Les gisements envisagés sont principalement agricoles (fumiers, lisiers et cultures intermédiaires). Les épluchures des déchets ménagers ne seront pas de taille pour remplacer le gaz fossile qui alimente nos chaudières, contrairement à certaines idées reçues !

Share Button
Share Button