Impact des gaz de schiste sur le climat : une étude de la NASA relance la controverse.

23 janvier 2018
Color shot of a shale gas drilling rig on a field.

Des chercheurs américains du JPL, laboratoire détenu par la NASA, viennent de publier les résultats d’une étude [1] sur l’évolution de la concentration de méthane dans l’atmosphère, au cours des 10 dernières années.

Après une période de quasi stabilité pendant une décennie, le rythme d’accroissement de la concentration en méthane a été multiplié par un facteur 10 depuis 2007 (et même par 20 en 2014 et 2015) [2]. Ces tendances récentes visibles sur la figure ci-dessous placent la trajectoire d’émissions de méthane actuelle (indiquée en noir) sur le scénario du pire, le RCP8.5 (scénario le plus pessimiste sur les trajectoires climatiques établi par le GIEC, représenté en rouge)…

La forte augmentation observée résulte de la combinaison de plusieurs facteurs. Néanmoins, les auteurs de l’étude concluent qu’elle serait en grande partie liée à l’activité du secteur des énergies fossiles. Or, c’est précisément lors des 10 dernières années que l’exploitation des gaz de schiste a pris son essor. Y a-t-il un lien de cause à effet ? La coïncidence est troublante car on sait que les opérations d’extraction du gaz de schiste libèrent du méthane lors de la phase de fracturation notamment. Mais selon l’industrie gazière, en très faibles quantités …

Rappelons que le méthane est un gaz à effet de serre environ 30 fois plus réchauffant que le CO2 (sur 100 ans). Cela pourrait suggérer que le gaz de schiste n’est pas forcément meilleur pour le climat que le charbon, selon le niveau de fuite de méthane qu’il engendre lors de son exploitation. Bref, le débat n’est pas clos.

[1] Worden & al, Reduced biomass burning emissions reconcile conflicting estimates of the post-2006 atmospheric methane budget, 12/2017
https://www.nature.com/articles/s41467-017-02246-0

[2] Saunois et al, The growing role of methane in anthropogenic climate change, Environmental Research Letters, 2016
http://iopscience.iop.org/article/10.1088/1748-9326/11/12/120207

© bizoo_n – fotolia.com

Share Button
Share Button