Vers un reporting « TCFD » réglementaire ? Le nouveau cadre de reporting climat des entreprises prend de l’ampleur

Les signaux sont là : le cadre de reporting climat publié par la Task Force on Climate-related Financial Disclosures (TCFD) est en train passer du statut de recommandations à celui de soft law, et peut-être même de hard law.  

Cette évolution concernant la TCFD appelle à une préparation (accélérée ?) des entreprises et de leurs directions à ce nouveau cadre, qui place les risques et opportunités climatiques au cœur de la stratégie.

Si vous avez raté un épisode… la TCFD en résumé

La TCFD a été créée par le G20 lors de la COP21 pour définir des recommandations concernant la transparence financière des entreprises en matière de climat. Présidée par Michael Bloomberg, son rapport final publié en juin 2017 précise les éléments de reporting climat attendus dans les documents de référence des entreprises pour 4 piliers : la gouvernance, la stratégie, la gestion des risques et les indicateurs et métriques utilisés (voir le résumé de Carbone 4 du rapport final de la TCFD ici).

Les recommandations de la TCFD prises au sérieux

De nombreux signaux montrent une réelle prise en compte des recommandations de la TCFD par divers acteurs :

  • La résolution adoptée par les actionnaires d’Exxon Mobil en 2017 suit les recommandations exactes de la TCFD[1]
  • En juillet 2017, 100 chefs d’entreprise et 15 régulateurs prudentiels, dont l’ACPR, apportent leur soutien officiel aux recommandations de la TCFD
  • En septembre 2017, dans le cadre de l’initiative « Mission 2020 »[2], 10 entreprises[3] s’engagent à respecter les recommandations de la TCFD dans les 3 ans à venir
  • Last but not least, en septembre 2017, la Secrétaire d’Etat Brune Poirson annonce lors d’un déplacement à New-York que la France « poussera pour que les recommandations de la task force sur le reporting climatique TCFD deviennent contraignantes » (Source : AEF)

TCFD : comment se préparer ?

Le reporting climat de demain sera stratégique ou ne sera pas. Et pour cause : les risques et opportunités financiers liés à la transition énergétique et au changement climatique sont de tailles[4]. Il est donc nécessaire que les entreprises s’y préparent car les écarts entre les recommandations de la TCFD et les rapports de gestion des entreprises sont encore importants (voir l’analyse de Carbone 4 sur la compliance TCFD du CAC40 ici).

Voici une liste de questions pour vous guider dans vos réflexions afin de bien appréhender l’ensemble des enjeux climatiques :

  • Gouvernance : Les membres de votre conseil d’administration et les dirigeants de votre entreprise ont-ils bien cerné les enjeux énergie-climat, et les mutations profondes qu’ils vont engendrer d’une manière ou d’une autre ?
  • Gouvernance : Le changement climatique est-il intégré de manière centrale dans le dialogue stratégique de haut-niveau de votre entreprise ?
  • Stratégie : Challengez-vous la résilience de votre activité dans différents futurs possibles, dont une trajectoire de décarbonation de l’économie, à l’aide d’outils d’analyse de scénarios ?
  • Gestion des risques : Les risques physiques et de transition liés au changement climatique sont-ils clairement identifiés au sein de votre entreprise ?
  • Indicateurs et Métriques : Disposez-vous des outils nécessaires pour implémenter et suivre le déploiement d’une stratégie bas-carbone globale à l’échelle de votre organisation ?
  • Transparence : Mettez-vous correctement en avant les éléments « compatibles TCFD » dans votre rapport de gestion ?

Carbone 4 leader de l’accompagnement de grands groupes sur ces thématiques

  • Analyse du degré de prise en compte des recommandations de la TCFD et réglementations dans le rapport de gestion ;
  • Accompagnement des équipes avec des outils robustes et des méthodologies innovantes en phase aves ces exigences.

[1] Extrait de la résolution « Dès 2018, ExxonMobil publie une évaluation annuelle sur les impacts des avancées technologiques et des politiques sur le changement climatique mondial sur le portefeuille d’activités à long terme […] Ce rapport devra évaluer la résilience du périmètre complet de l’entreprise d’ici à 2040 et au-delà, et se pencher sur les risques financiers associés à un tel scénario » Source : https://tools.ceres.org/resources/tools/resolutions/exxon-2-degrees-scenario-analysis-2017/@@s3_view

[2] http://www.mission2020.global/milestones/finance/

[3] Liste des entreprises signataires : Aviva, Royal DSM, Enagás, Ferrovial, Iberdrola, Marks & Spencer, Philips Lighting, Wipro Ltd, WPP et la Française Sopra Steria.

[4] Les dégâts couverts par le régime CatNat avoisineraient 1,2 milliard d’euros pour l’ouragan Irma.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/09/15/comment-mesurer-le-cout-d-une-catastrophe-naturelle-comme-irma_5186422_4355770.html#EbzVb4HjpSuBtp2J.99

Article rédigé par Juliette DECQ – juliette.decq@carbone4.com

Crédit photo : Slikar – Fotolia.com

Share Button
Share Button
d1b1711ee6801ab639fa0f82ac995eebVVVVVVVVVVVVVVVV