Passerons-nous tous à l’électrique en 2020 ?

6 décembre 2019

Cet article a initialement été publié dans notre newsletter Décryptage Mobilité. Pour recevoir par mail les prochains articles dès leur publication, abonnez-vous dès maintenant.

Par Célia Foulon – Consultante

Le 1er janvier 2020 entrera en vigueur la norme européenne limitant les émissions moyennes des voitures neuves vendues en Europe à 95gCO2e par km [1]. Une telle obligation devrait favoriser le développement rapide des véhicules électriques dès les premiers mois de l’année à venir. En effet, sous la pression de pénalités financières dissuasives, les constructeurs automobiles vont devoir remettre en question la tendance lourde de commercialiser des SUV thermiques et inciter les consommateurs à s’orienter vers des voitures beaucoup moins émissives, notamment électrifiées. En tous cas, c’est le pari des instances européennes.

Pour aider les Français dans cette transition vers l’électrique, le ministère de la transition écologique et solidaire et l’AVERE se sont associés pour lancer le site je-roule-en-electrique.fr/ [2]. Le but de ce site est de guider les Français dans leur choix de voiture en fonction de leurs usages et de leurs besoins. On y trouve également des conseils quant à l’installation d’une borne de recharge, aux aides financières, ou encore au temps de recharge par exemple.

Une des inquiétudes légitimes des citoyens concerne la disponibilité des points de recharge. Y en a-t-il assez et y en a-t-il partout ? Ou est-ce que je risque de tomber en panne au milieu de l’autoroute lors de mon prochain départ en vacances ?

D’après Bruno Lebrun, président de Gireve (Groupement pour l’Itinérance des Recharges Electriques de Véhicules), les points de recharge en accès public sont nombreux (25 000 points en France) mais ne sont pas encore là où ils devraient être [3]. D’après lui, le réseau développé aujourd’hui ne correspond pas aux zones où les voitures électriques sont utilisées. Il reste cependant confiant, observant un fort dynamisme dans ce secteur qui attire au demeurant de plus en plus d’investisseurs privés. Il compte également sur les collectivités locales, les entreprises souhaitant investir dans une flotte électrique ou les constructeurs automobiles eux-mêmes pour installer des bornes accessibles au public.

Autant les automobilistes se sont construits un imaginaire globalement erroné sur le véhicule électrique (autonomie, coût, impact environnemental, etc.), autant il faut reconnaître que sur le terrain, (i) l’implantation de bornes de recharge reste très hétérogène et (ii) n’est que rarement le fruit d’un travail concerté entre les acteurs, trop centrés sur une vision parcellaire des flux. L’adéquation entre les besoins des automobilistes et la localisation est donc à ce jour imparfaite et constitue en tant que tel un chantier important pour la diffusion rapide du véhicule électrifié en France.

Cependant, l’état actuel du réseau permet déjà de couvrir une part significative des besoins, bien supérieure au 1% de part des VE dans le parc automobile français. L’offre de véhicules s’étoffant largement en 2020 du fait de la nouvelle réglementation européenne, parions donc que la pénétration de la voiture électrique dans le parc devrait s’accélérer assez fortement.

Article rédigé par Célia Foulon – Consultante

Sources :
[1] Autonews
[2] https://www.je-roule-en-electrique.fr/
[3] L’automobile et l’entreprise

Share Button
Share Button