article
·
7 juin 2022

Rapport du groupe III du GIEC : que nous disent les scientifiques sur les transports ?

Début avril est paru le rapport du troisième groupe de travail du GIEC portant sur les scénarios de réduction des émissions de gaz à effet de serre, pour limiter le changement climatique, autrement dit, les moyens d’action. Hélène Chauviré et Louise Badoche de Carbone 4 en ont proposé récemment une synthèse des points clés [1].  

Ce document extrêmement dense, puisqu’il s’agit pour le rapport complet de la compilation sur 3 000 pages de pas moins de 18 000 études, couvre l’ensemble des leviers d’action avec entre autres une approche sectorielle. Nous proposons ici de faire un focus sur le sujet des transports [2]. Le résumé pour décideurs est consultable ici

La situation et les perspectives

Actuellement, l’humanité émet de l’ordre de 56 GtCO2e par an dont environ 15% (8,7 GtCO2e) liés aux émissions directes du secteur des transport, et encore plus si l’on y inclut les émissions indirectes liées par exemple à la production des différents vecteurs énergétiques utilisés pour le transport. 

Le GIEC propose différents scénarios de décarbonation permettant d’atteindre le net-zéro émission de CO2e, à différentes dates. Première conclusion qu’on peut tirer du rapport : dans l’ensemble de ces scénarios, les émissions du transport sont amenées à décroître massivement.

Figure SPM.5: Illustrative Mitigation Emissions Pathways (IMPs) and net zero CO2 and GHG emissions strategies (panel e and f) - Scénarios illustratifs de mitigation (IMPs) et stratégies net-zéro d'émissions de CO2 et de GES (panneaux e et f) 

Le graphique ci-dessus indique (à gauche) la répartition des émissions en 2019 par secteur et (à droite) cette même répartition au moment où le net-zéro est atteint dans chacun des scénarios. On voit que dans tous les scénarios, la part du transport - en violet – diminue fortement.

Cette décroissance massive des émissions pour atteindre le net-zéro est à mettre en regard de la tendance des dernières décennies qui a vu les émissions du transport augmenter de plus de 70% depuis 1990. Sans action, les émissions pourraient même continuer à augmenter de 16% à 50% d’ici 2050 [3].

Avec 70% des émissions liées au transport routier, 11% au maritime/fluvial et 12% à l’aviation [3], tous les modes de transport sont concernés.

Quels leviers d’action ?

Dans son résumé technique, le GIEC expose plusieurs leviers d’action. Parmi ces leviers, on note que l’adoption de nouvelles technologies plus bas-carbone va de pair avec un effort sur les infrastructures de transport comme de production d’énergie (i.e. électricité ou hydrogène bas-carbone). Quelques conclusions sont mises en avant dont : 

  • Sur la route, les véhicules électriques à batterie (BEV) apparaissent comme un levier clé. Le GIEC souligne entre autres le besoin d’investir dans les réseaux et infrastructures de recharge. Les co-bénéfices possibles, y compris dans les pays en développement, sont aussi mis en avant. Néanmoins le GIEC alerte sur les risques liés à la production des batteries (dont la disponibilité des ressources, les droits humains, les impacts environnementaux hors climat, et le coût des matières premières)
  • Pour le transport routier de marchandises, le GIEC souligne aussi le recours aux véhicules à batterie (y compris avec des systèmes de routes électriques) comme prometteur, complété dans certains contextes par l’hydrogène et les biocarburants. Le GIEC note toutefois la contrainte de la faible disponibilité d’hydrogène bas-carbone pour le moment.
  • Pour le maritime et l’aviation, le GIEC précise que les options de décarbonation nécessitent encore de la R&D, bien que les biocarburants avancés, l'ammoniac et les carburants synthétiques apparaissent comme des options viables. Le GIEC met aussi en avant les enjeux de réduction des coûts de ces carburants
  • La réduction de la demande de transport, est aussi mise en avant par le GIEC, qui insiste sur les aspects comportementaux pour agir sur ce levier. Sans utiliser directement le mot dans la section transport du rapport, c’est bien de sobriété dont parle de GIEC.

De façon plus quantitative, le GIEC propose une estimation des réductions d’émission permises pour certaines options d’atténuation qu’il met en regard d’options sur d’autres secteurs. Force est de constater que le secteur du transport se distingue par le fait qu’un grand nombre d’actions sont directement rentables d’un point de vue économique, sans même faire intervenir l’aspect carbone : par exemple le recours au vélo plutôt qu’à la voiture revient directement moins cher pour l’utilisateur.

Figure SPM.7: Overview of mitigation options and their estimated ranges of costs and potentials in 2030 - Aperçu des options d'atténuation et de leurs fourchettes de coûts et de potentiels estimés en 2030 [4]

Conclusion : Plus qu’un document à résumer, une mine d’or à exploiter

Les quelques conclusions présentées ci-dessus peuvent sembler banales et attendues à certains des lecteurs les plus avertis du Décryptage Mobilité de Carbone 4. Difficile en effet de sortir du banal (et pourtant fondamentalement important) en résumant en quelques lignes seulement plusieurs centaines de pages de compilation de recherche scientifique. 

Nous ne pouvons que vous encourager à vous plonger dans le détail du rapport du GIEC si vous souhaitez approfondir un sujet en particulier .Que ce soit les scénarios de décarbonation pour les différents modes, la maturité des nouveaux carburants, les facteurs d’émissions des différentes technologies, le fret maritime dans l’arctique, l’effet des traînées de condensation ou encore les enjeux de gouvernance autour de l’International maritime Organisation (IMO), le 3ème rapport du GIEC regorge d’analyser précises basées sur la science.

 

Glossaire :

  • GHG : Green House Gases
  • GIEC : Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat
  • GES : Gaz à Effet de Serre
  • IMP : Illustrative Mitigation Pathways : scénario de mitigation proposé par le GIEC dans le cadre du groupe de travail numéro 3
  • SPM : Summary for Policy Makers : Résumé à l’intention des décideurs

Mobilité
Stratégies bas-carbone
automobile
vélo
ferroviaire